Lutter contre la tyrannie, c'est pour les minables. C'est bien plus drôle de faire les choses dans l'ombre, ou de servir le pouvoir... Quoi, tu n'es pas d'accord ? Alors prouve-le, et raconte-moi ton histoire...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Contexte du forum.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 282
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 24
Localisation : Perdue.

Feuille de personnage
Espèce: Harpie + Shlag
Efficience: 50
Titre:
avatar
Administrateur
Efa Natica
MessageSujet: Contexte du forum.   Mer 2 Jan - 6:21:00

Hadelemÿr est une grande contrée prospère à l’écosystème très varié. Son allure est celle d’un énorme continent, aux frontières meurtries par les tempêtes et la colère de l’océan gigantesque qui l’entoure. C’est ici, sur ce gros morceau de pierre et de terre, qu’apparue la vie. Au départ timide et chancelante, elle parvint à s’imposer en surmontant les difficultés pour survivre. Ainsi, donc, l’histoire des hommes et des bêtes commença. La flore, elle-aussi bien présente dès le départ, se développa, magnifique à certains endroits et dérisoire ailleurs. Il en était de même pour chaque être vivant. Les différences naissaient avec le milieu. Toutes ces petites lueurs, qui s’accrochaient désespérément au maintien de leur existence, grandirent peu-à-peu, pour finalement prendre l’aspect du monde que les habitants d’Hadelemÿr connaissent aujourd’hui.

La société sur laquelle nous allons nous pencher est celle des humains (car c’est comme cela que se définissent ces êtres bipèdes qui possèdent un système de vie et de langage très développé), loups parmi les loups, ce fut la première espèce à montrer les signes les plus évidents de ce que l’on appelait « la conscience » et « l’intelligence ». Avec ces deux outils en main, elle devint le prédateur alpha de son monde, dominant (ou presque) toute l’étendue de ce qu’elle considérait comme son fief. Usant de toutes les ressources disponibles, elle se déploya rapidement au sein de tout le continent. Le mode de vie des humaines, aux abords très simples, était extrêmement complexe : entièrement dépendants d’un système hiérarchique poussé, ils pourvoyaient à leurs besoins en s’aidant les uns les autres à travers de nombreuses mesures aussi pointues que diverses. La coopération était la pierre angulaire qui assurait leur survie (bien que parmi eux, certains se seraient bien gardés de partager quoi que se soit). L’égoïsme personnel, si dérisoire à ce moment-là, fut pourtant la clé de voûte des évènements qui survinrent par la suite.

En effet, les humains possédaient tous des objectifs et des caractères variables, le temps et l’évident confort de leur vie ayant altéré leur sens des priorités. Certains pensaient qu’il existait une force supérieure, d’autres non, certains affirmaient qu’il s’agissait d’une autre chose plus complexe, et le reste s’en moquait. Certains pensaient que chacun était égal à son semblable, d’autres non, le reste ne s’était même pas posé la question. C’est à cette période, à ce moment où la technologie humaine, qui pavanait toute fière d’avoir achevé de maîtriser l’industrie à vapeur, connue un terrible tournant. Alors, bien sûr, des conflits avaient déjà eut lieu, évidemment, il y avait eu des guerres, des querelles, mais elles avaient toujours finit par aboutir sur quelque chose de fondamentalement bon : La constitution des droits et des devoirs du citoyen humain qui prônait des valeurs telles que l’héroïsme, le courage, la fraternité, l’amitié et la solidarité fut le résultat de tout ce sang versé. Dans toutes ses erreurs, l’Homme avait finit par comprendre que l’entraide était le moyen le plus efficace de rester en vie. Seulement voila, utilisées à mauvais escient, ce qui se nomme « conscience » et « intelligence » devient très vite ce que l’on appelle « perversité » et « manipulation ». C’est là où certains qui pensaient plus que d’autres eurent en idée de s’accaparer les ressources de leurs voisins en usant de beaux mots et de politique. Le gouvernement, l’élite vindicative qui faisait respecter la loi, devint corrompue par toutes ces vilenies. Sous le masque du maintien de l’ordre commun, il assaillit les citoyens de taxes, de charges. Il creusa les écarts et fut la source de nombreuses inégalités. Il stigmatisa les groupes rivaux et mit en cause différentes communautés ethniques. Pour finir, il prétexta une quelconque quête divine à qui il donna des proportions démesurées, ce qui affina son pouvoir jusqu’à le rendre total (et totalitaire). C’est ainsi que l’injustice se développa, d’abord de façon toute discrète, insidieuse, jusqu’à ce que ce concept devenu omniprésent éclate au grand jour comme une amère réalité. Des personnes ne furent pas d’accord avec tout cela. Elles voulaient reconquérir leurs libertés volées, retrouver le bien-être innocent qu’on leur avait retiré. Ce qui jusque-là avait satisfait tout le monde n’allait plus qu’à un petit groupe. Seulement, ce petit groupe profitait de la plus grande illusion qui berce le comportement de chacun : le pouvoir.

Avec cette pensée commune qui leur donnait tous les droits, ils firent taire les protestations via de dures représailles qui se noyèrent dans le sang. C’était fait. La grande avancée de l’Homme était finit. Maintenant, elle stagnait, paralysée par la haine et la violence qui entrave l’envie du progrès. La technologie n’avance plus, sauf dans un certain intérêt, qui est militaire. On ne pense plus à améliorer les techniques d’agricultures, de pêche, d’élevage. L’industrie est maintenant toute donnée à la guerre. Une guerre, qui cette-fois, est d’étendue mondiale. Pas une simple guerre, un conflit intérieur. Hadelemÿr, jadis si beau pays exploité amoureusement par des habitants respectueux, fut à jamais défiguré par la folie et la bêtise humaine. On rasa des villes jugées rebelles, on fit inventer des systèmes de torture. On brûla des forêts, tua des populations entières. Les bêtes et les plantes, autrefois innocents spectateurs de ces évènements, furent mêlés à tout cela. On en chassa beaucoup, on les exploita sans aucune retenue, jusqu’à ce que les plus faibles en crève. La flore se meure maintenant, empoisonnées jusqu’à la racine par la pollution et l’air vicié des charognes qui pourrissent au soleil. Les animaux sont devenus méfiants, agressifs, décérébrés par toute cette haine. Que de malheurs pour le simple plaisir de quelques êtres. D’ailleurs, au point où ils en sont, ils ne comptent pas s’arrêter là. Ce monde est le leur, ils en sont les maîtres. Plus rien ne les arrête. Et du haut de son trône, celui à qui on chargea de diriger ce vaste projet observe avec un petit sourire l’étendue de son pouvoir. Il contemple toutes les possibilités qui s’ouvrent à lui, rien qu’à lui. Car lui domine. Lui fait ce qu’il veut. Cet homme, on l’appelle maintenant l’Empereur.

C’est à ce moment-là que se lance votre histoire. Vous êtes un humain, une personne qui vient d’assister à ces évènements. Les hommes et femmes d’Hadelemÿr, insurgés par tant d’injustices, ont formés des clans qui ont pour but l’alliance contre l’adversité. Le continent est donc déchiré entre différentes régions qui sont délimitées par le rayon d’action de ces regroupements. Le climat politique est tendu et les conflits intérieurs battent leur plein. Les citoyens normaux vivent difficilement entre les impôts et la loi martiale qui est instaurée. Au milieu de ce chaos, chacun cherche sa place…

Vous pouvez rejoindre les rangs du pouvoir, ou préférer celui de la liberté en combattant contre l’Empereur et sa clique. Si vous hésitez, vous pouvez toujours rester neutre, mais dans ce cas précis, vous risquez de vous retrouver pris entre deux feux. Si vous êtes trop orgueilleux pour aider qui que se soit, alors vous pouvez décider de faire cavalier seul, mais une fois cette mesure prise, plus personne ne vous aidera. Et si vous êtes encore au-dessus de tout cela, vous pouvez penser qu’il vaut mieux faire table rase et tout détruire pour reconstruire un monde meilleur. Le choix est entièrement votre. Profitez-en, on ne vous donnera pas souvent l’occasion de faire ce que vous voulez…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Contexte du forum.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1 - Contexte, Groupes, et Guide du forum
» Contexte du Forum
» AFTER THE CONQUEST ▲ contexte du forum.
» Contexte du forum
» Contexte du forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les terres de l'empereur :: L'Histoire.-